Trail des Chambaran

  • Par nikobergh
  • Le 10/09/2014
  • Commentaires (0)

Après un été riche en rencontres, en aventures, en découvertes... Un été bien rempli, fatiguant, usant, mais complet, voici venu le temps de profiter un peu!

Je ne reviens pas sur ces aventures estivales, randonnées, pluie, vélo, trail, course du Sentier des Ours à Autrans (et une belle 16ème place).... Je ne reviens pas non plus sur les caprices de la météo et les aléas qui s'en suivent sur l'organisation des séjours, des randonnées...

Mais après un été comme celui-ci, me voilà de retour sur les sentiers de trail.

Après deux jours à 300% sur l'organisation de l'Ultra Trail du Vercors, entre balisage, gestion du secteur d'Autrans... Je me lance sur le trail des Chambaran, à Varcieux, dans les collines de la vallée de l'Isère.

Petite course de 11km et eviron 450 mètres de dénivelé. Aucune prétention pour ma part, je pars pour le plaisir de courir uniquement, pour chasser ma frustration d'avoir vu les centaines de coureurs la veille passer devant moi sur le magnifique parcours de l'UTV, sans pouvoir y aller également!! Un parfait défouloir...

Une petite nuit de 2h30 me permet de me retaper avant de prendre la route en direction de Varacieux, les yeux ont du mal à rester ouverts. J'arrive sur place, découvre un peu les lieux, il est 8h00 et il fait déjà très chaud! Je récupère mon dossard, me prépare et pars à l'échauffement. 

Aie, première difficulté, les jambes sont lourdes... Je trottine tranquillement, histoire de mettre en route la machine. Je pars sur le début du parcours, 800 mètres à peu près à plat avant d'attaquer la première côte. Je le sens "moyen-moyen" quand même ce matin... Je reviens boire un peu, enlève une couche, place le dossard, et après quelques minutes à tourner vers l'aire de départ, l'heure approchant, je retourne terminer mon échauffement. Le début bien plat m'invite à partir assez vite. Je décide donc de me faire quelques accélérations. Je repars en footing, pfffff, dur dur, mais dès la premère accélération, je me sens bien plus léger! Après la quatrième, je suis réveillé!! Ah ben ça ne va pas si mal en fait... 

Quelques minutes avant le départ nous nous rassemblons sous l'arche de départ. N'aimant pas être pressé par la foule (les coureurs des 30, 11 et 5 km partent tous ensemble...), je me place tout devant, espérant arriver sans être gèné dans la première montée qui ne permet que difficilement de passer à deux... J'entends des coureurs dire que ça risque de partir vite, ils font le 30km, et il y a des chances que les coureurs du 11 et du 5 partent comme des flèches! Aie, ça m'inquiète un peu...

3... 2... 1... C'est parti!! 

N'ayant aucune pression, et aucune ambition, je pars un peu vite, espérant suivre le rythme du début de course... Mais surprise, c'est moi qui donne le rythme. Je me retrouve devant et prends même bien de l'avance sur mes poursuivants. C'est grisant de se retrouver tout devant!! 800m comme ça, à donner l'allure, à mener, à être en tête de course, ça ne m'était jamais arrivé, mais quel plaisir!! Enfin, l'idée étant quand même de terminer la course, je ralentis un peu avant d'entammer la montée. Où je me fais d'ailleurs dépasser par deux coureurs du 30 km, des monstres ces gars là (la preuve à leur arrivée en fin de course!!)

Très vite, la chaleur devient mon principal adversaire, l'été passé ne m'a pas habitué aux chaleurs de ces derniers jours, surtout dans la vallée. Du coup, je ralentis encore un peu. Et puis, comme je l'ai eu à chaque course depuis le début de l'année, voilà le point de côté redouté qui débarque après la première descente un peu rapide. Je ralentis donc encore un peu. Nous sommes environ à mi-parcours et j'ai déjà été rattrapé par quelques coureurs. Impossible de savoir sur quels parcours ils étaient, mais je suis sur de me retrouver dans les 7/8 premiers de la course. Un petit verre de menthe à l'eau au ravito, histoire de se rafraîchir un peu, et voilà le long calvaire de la course. Une looooooongue montée. Mais le problème n'est pas la montée (je fais du trail, hein!!), mais bien la montée pricipalement sur du bitume! Je hais la route! Il y fait encore plus chaud, mes appuis ne sont pas habituels... Je perds encore quelques places et je me demande comment j'arriverai au bout de la course. En haut, un petit coup d'oeil à la montre me permet de savoir que l'arrivée n'est plus trop loin, d'ailleurs, j'entends la voix du speaker au village. Allez, je relance la machine, je peux passer en dessous de l'heure. J'accélère, ça descend légèrement, encore de la route, ça sent la fin, et effectivement, l'arche d'arrivée se profile au bout de la ligne droite... Et ouf!! 59 minutes de course! C'est fait... Je retrouve les premiers arrivés (je compte 6 personnes, je ne m'étais pas trompé). Heureux du résultat, et presque frais, dis donc... C'est l'avantage des courses courtes, on tient encore debout à l'arrviée!!

Je passe l'attente des arrivées, je me chage, bois, bois et bois encore.... Et arrive l'affichage des résultats... Effectivement, 7ème au scratch, pas mal du tout. Ca me réussit bien un lendemain d'UTV! Mais la plus grosse surprise c'est ma première place en sénior! 1er!! Yes! Moi qui n'ai jamais fait de podium, je termine premier de ma catégorie!! Je n'y crois toujours pas!! Et même pas un copain du club pour voir ça... Tant pis, je confie mon téléphone à une dame pour me prendre en photo sur le podium (un peu de narcissisme quand même). Une grosse coupe, "ramasse poussière" qui sera un beau souvenir pour cette première victoire.

Bref, comme à chaque course, je me suis demandé à mi-parcours ce que je faisais là, pourqoi je cours, c'est aussi pour des moments comme ça! Rien ne sert de se mettre la pression, juste un bon entrainnement, ne rien lâcher et surtout se faire plaisir! 

Podium Trail des Chambaran

Nicolas Heldenbergh vercors sports loisirs Trail Vercors chambaran varacieux

Ajouter un commentaire